Search
  • shannonselig

Limitless

There are words and then there are actions. Most people tie them up together in the same package and never realize the difference between the two. I want to run a marathon, I want to learn another language, my goal is to help a new cause, I will earn more money next year.

What makes the difference between those words and what we realize?

I have spent the last few years of my life talking, inspiring people with my words and having an impact on their lives, but when I looked up everyone else around me was changing and I was still standing still. Full of words especially the voice inside my head that kept convincing me that who I was and what I had was good... enough.


In 2014 I stopped performing. I tell the story that I was tired of the travel or I didn't like the politics. The truth, I gave up music because I convinced myself that what I had accomplished was good... enough. Could I have done more? Gone farther? Had a bigger impact? Or did I just listen to the words inside my head ? I am not here to go back and analyze and criticize myself for why I stopped, but it is important to finally acknowledge why. I let the little voice inside my head tell me that what I had done was good... enough.


Hindsight is 2020 and yes I know 2020 has been a year for the record books. I will get there, but there's a little bit more to this story.


Flash forward to 2018, I found myself in a job serving others. My days consisted of pushing others to stretch their limits and go after their dreams. Words, lots of words. Yet, what did Shannon want? Here I found myself once again stuck because I was one the best in my field, earning great money, travelling the world... so it was good... enough.


Between the trips and the distractions of being on top the time passed, the pounds piled on, the sleepless nights accumulated and I continued to tell myself that everything I had and who I was was good... enough. I even convinced myself that self sacrifice in the short term would be worth it in the long term. I know, trust me I hear it. Sacrifice... it's not a nice word and I was an expert at convincing myself.


Fortunately, I have some amazing people in my life who probably saw what I was doing and started asking really power questions.

My best friend asked " are you truly happy, like deep down?" - I wasn't.

My mentor said "why wait for the opportunities you want go out and create them."

And then my coach, who asked a question that has never held more weight in my life

than this one, "Shannon, don't you think it's time you bet on yourself ?"


Wow! Don't you think it's time you bet on yourself? That question shook me to my core and I had no response. I had been so willing to put all my cards on the table for others, cash in every chip to make sure that they succeed, but I wasn't willing to do the same for myself. I hadn't given myself the same courtesy that I have given to everyone else around me.


That question opened every door that I had ever locked and led to amazing change. Most of you know the story : It lead to a vacation in France, which lead to a job offer, that ended in me quitting my job, giving away most of my possessions and moving across the atlantic.

I thought to myself, this is it... this is what is going to change everything for me. Well surprise, just picking up and changing location isn't a magic bean that gets rid of those voices inside our heads. I was still really convincing and I hadn't put all the cards on the table.


Now here I am in France. New job, new language, new people, new culture... you name it. And, I fell back into my old ways of talking and inspiring others to take action, yet I really hadn't changed anything other than my scenery.


COVID and 2020 - Like I said hindsight is 2020 and wow did this year put a lot of things into perspective for me. In France we have been in and out of lockdowns where we are confined to our homes other than for short periods to buy necessities or to do a little bit of exercise. Oh, and don't forget your certified letter to justify why you're out.


The confinement forced me to slow down and start working inward. Little by little I started to realize the power I have to convince myself. I quickly learned that if I could get into action before my brain has time to create an excuses as to why not to do something, that it would be too late to stop.


It all started by bribing myself with a coffee one morning. I had spent years wanting to get back into running and exercise, but you know that whole convincing thing... I was an expert at why my health could wait.


Coffee... I told myself I was just getting out of bed to have a coffee. Then I took the coffee and sat on the floor, not the couch. I was just going to stretch a bit. Then you know, I'm already stretching so why not go for a little walk. Ok, let's have one more coffee as we get dressed to go for the walk... I convinced myself that it was just a coffee.


Everyday wasn't perfect, but I progressed to running. I was doing about a kilometer and convincing myself that was good ... enough. Old habits are hard to break and our mind is the most powerful part of our bodies. I fell back to bad habits and it wasn't until the 2nd wave of COVID that everything changed.


At the end of October, I tested positive for COVID-19 and I was pretty sick. Fever, no taste or smell and I was having shortness of breath. I was scared and alone.


Towards the end of my recovery I shared with a few people that I had the virus and there were two different reactions.

The first, was to explain to me all bad after affects and how this could completely

change my life forever.

The second, was from a very dear friend who said you'll be stronger after.

He truly believed that this would have no effect on me and I would get back up and push forward. His unwavering belief in my force as a person inspired me. I told myself ok, I will be stronger when this is over.


On November 1st, I started by walking just under 2 kilometers to test my lungs, I was ok. November 5th, I ran 2 kilometers, no problems. November 12th, I pushed to 3.25 kilometers. I haven't stopped since. Instead of convincing myself at a certain distance that is good... enough, I say out loud, "just go a bit more, you're basically there. I talk myself into continuing, not into stopping.


On November 28th, after more than five years of telling myself that I wanted to be able to run a 5K... I did it. One week later I did it again, and again a few days after that.

This morning I woke up and I told myself "let's get up and just have a coffee." I actually laughed out loud because I knew I wasn't just going to have a coffee. I got dressed, put on my running shoes and I went running.


I ran 7 kilometers. The difference is this time I know it is not good enough, because deep down the truth is... I AM LIMITLESS.

Il y a des mots et ensuite des actions. La plupart des gens les lient ensemble dans un même paquet et ne réalisent jamais la différence entre les deux. Je veux courir un marathon, je veux apprendre une autre langue, mon but est d'aider une nouvelle cause, je gagnerai plus d'argent l'année prochaine.

Qu'est-ce qui fait la différence entre ces mots et ce que nous réalisons ?


J'ai passé les dernières années de ma vie à parler, à inspirer les gens avec mes mots et à avoir un impact sur leur vie, mais quand je regardais autour de moi, tout le monde changeait et je restais immobile. Plein de mots, surtout la voix dans ma tête qui me convainquait que ce que j'étais et ce que j'avais était bon... assez.


En 2014, j'ai arrêté de chanter. Je raconte que j'étais fatigué de voyager ou que je n'aimais pas la politique. En vérité, j'ai abandonné la musique parce que je me suis convaincu que ce que j'avais accompli était bon... assez. Aurais-je pu faire plus ? Aller plus loin ? Avoir un plus grand impact ? Ou est-ce que j'ai juste écouté les mots dans ma tête ? Je ne suis pas ici pour revenir en arrière et analyser et critiquer moi-même les raisons pour lesquelles j'ai arrêté, mais il est important de reconnaître enfin pourquoi. J'ai laissé la petite voix dans ma tête me dire que ce que j'avais fait était bon... assez.


Rétrospectivement, nous sommes en 2020 et oui, je sais que 2020 a été une année record. J'y arriverai, mais il y a un peu plus dans cette histoire.


En 2018, je me suis retrouvé dans un travail au service des autres. Mes journées consistaient à pousser les autres à repousser leurs limites et à poursuivre leurs rêves. Des mots, beaucoup de mots. Pourtant, que voulait Shannon ? Je me suis retrouvé une fois de plus coincé parce que j'étais l'un des meilleurs dans mon domaine, je gagnais beaucoup d'argent, je voyageais dans le monde entier... alors c'était bien... assez.


Entre les voyages et les distractions d'être au top, le temps passait, les kilos s'accumulaient, les nuits blanches s'accumulaient et je continuais à me dire que tout ce que j'avais et qui j'étais était bon... assez. Je me suis même convaincu que le sacrifice de soi à court terme en vaudrait la peine à long terme. Je sais, croyez-moi, je l'entends. Sacrifice... ce n'est pas un joli mot et j'étais un expert pour me convaincre.


Heureusement, j'ai dans ma vie des gens extraordinaires qui ont probablement vu ce que je faisais et qui ont commencé à poser des questions vraiment puissantes.

Mon meilleur ami m'a demandé : "Es-tu vraiment heureux, comme au fond de toi ?"

- Je n'étais pas heureux.

Mon mentor m'a dit "pourquoi attendre que les opportunités que tu veux se

présentent et les créer".

Et puis mon coach, qui a posé une question qui n'a jamais eu autant de poids dans

ma vie que celle-ci : "Shannon, ne penses-tu pas qu'il est temps de parier sur toi-

même ?"


Ouah ! Tu ne crois pas qu'il est temps de parier sur toi-même ? Cette question m'a ébranlée et je n'ai pas eu de réponse. J'étais tellement prête à mettre toutes mes cartes sur la table pour les autres, à encaisser chaque jeton pour être sûr qu'ils réussissent, mais je n'étais pas prête à faire la même chose pour moi. Je ne m'étais pas donné la même courtoisie que celle que j'ai donnée à tous les autres autour de moi.


Cette question a ouvert toutes les portes que j'avais fermées et a conduit à un changement incroyable. La plupart d'entre vous connaissent l'histoire : cela a conduit à des vacances en France, qui ont débouché sur une offre d'emploi, qui m'a amené à quitter mon travail, à donner la plupart de mes biens et à déménager de l'autre côté de l'Atlantique.

Je me suis dit, c'est ça... c'est ça qui va tout changer pour moi. Eh bien, surprise, le simple fait de prendre et de changer de lieu n'est pas un haricot magique qui nous débarrasse de ces voix dans nos têtes. J'étais encore très convaincant et je n'avais pas mis toutes les cartes sur la table.


Maintenant, me voilà en France. Nouveau travail, nouvelle langue, nouvelles personnes, nouvelle culture... tout ce que vous voulez. Et je suis retombé dans mes anciennes façons de parler et d'inspirer les autres à agir, mais je n'avais pas vraiment changé autre chose que mon paysage.


COVID et 2020 - Comme je l'ai dit, avec le recul, c'est 2020 et wow, cette année a mis beaucoup de choses en perspective pour moi. En France, nous sommes confinés à la maison autrement que pour de courtes périodes pour acheter des produits de première nécessité ou pour faire un peu de sport. Oh, et n'oubliez pas votre attestation pour justifier la raison de votre sortie.


Le confinement m'a obligé à ralentir et à commencer à travailler sur moi-même. Petit a petit, j'ai commencé à réaliser le pouvoir que j'ai de me convaincre moi-même. J'ai vite appris que si je pouvais entrer en action avant que mon cerveau n'ait le temps de créer une excuse pour ne pas faire quelque chose, il serait trop tard pour arrêter.


Tout a commencé en me soudoyant avec un café un matin. J'avais passé des années à vouloir me remettre à courir et à faire de l'exercice, mais vous savez toute cette histoire de conviction... J'étais un expert pour savoir pourquoi ma santé pouvait attendre.


Le café... Je me suis dit que je sortais juste du lit pour prendre un café. Puis j'ai pris le café et je me suis assis par terre, pas sur le canapé. J'allais juste m'étirer un peu. Alors tu sais, je m'étire déjà, alors pourquoi ne pas aller faire une petite promenade. Ok, prenons encore un café en nous habillant pour aller faire la promenade... Je me suis convaincu que ce n'était qu'un café.


Tous les jours n'étaient pas parfaits, mais j'ai progressé vers la course à pied. J'ai fait environ un kilomètre et je me suis convaincue que c'était bien... assez. Les vieilles habitudes sont difficiles à éliminer et notre esprit est la partie la plus puissante de notre corps. Je suis retombée dans les mauvaises habitudes et ce n'est qu'à la deuxième vague de COVID que tout a changé.


Fin octobre, j'ai été testé positif au COVID-19 et j'étais assez malade. J'avais de la fièvre, pas de goût ni d'odeur et j'étais essoufflée. J'avais peur et j'étais seule.


Vers la fin, j'ai dit à quelques personnes que j'avais le virus et il y a eu deux réactions différentes.

La première, c'était de m'expliquer tous les mauvais effets secondaires et comment

cela pouvait complètement changer ma vie pour toujours.

La seconde, d'un ami très cher qui m'a dit que tu seras plus fort après.

Il croyait vraiment que cela n'aurait aucun effet sur moi et que je me relèverais et irais de l'avant. Sa croyance inébranlable en ma force en tant que personne m'a inspiré. Je me suis dit que je serai plus fort quand tout cela sera terminé.


Le 1er novembre, j'ai commencé à marcher un peu moins de 2 kilomètres pour tester mes poumons, j'étais ok. Le 5 novembre, j'ai couru 2 kilomètres, sans problème. Le 12 novembre, j'ai poussé jusqu'à 3,25 kilomètres. Je n'ai pas arrêté depuis. Au lieu de me convaincre à une certaine distance qui est bonne... assez, je dis tout haut : "va juste un peu plus loin, tu es presque la". Je me persuade de continuer, pas de m'arrêter.


Le 28 novembre, après m'être dit pendant plus de cinq ans que je voulais être capable de courir un 5 km... je l'ai fait. Une semaine plus tard, je l'ai fait à nouveau, et encore quelques jours après.


Ce matin, je me suis réveillé et je me suis dit "levons-nous et prenons juste un café". En fait, j'ai rigolé parce que je savais que c'était pas juste pour un café. Je me suis habillée, j'ai mis mes chaussures de course et je suis allée courir.


J'ai couru 7 kilomètres. La différence, c'est que cette fois, je sais que ce n'est pas assez bien, parce qu'au fond, la vérité est... JE SUIS SANS LIMITE.

416 views1 comment

Recent Posts

See All